Quelques faits

Quelques faits sur l'état de stress post-traumatique
Quelques faits sur l'état de stress post-traumatique

Est-ce qu’une personne qui présente certains symptômes de l’état de stress post-traumatique (ESPT) en souffre nécessairement?

Pas nécessairement.

Pour établir un diagnostic d’ESPT proprement dit, il faut que les symptômes persistent plus d’un mois et entraînent soit une souffrance significative, soit des problèmes dans le fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants de la vie. En plus, l’intensité et la durée de l’ESPT peuvent varier d’une personne à l’autre.

Au Canada, combien de personnes souffrent d’un ESPT?

Les études existantes révèlent que 9,2% de la population canadienne risque de souffrir d’un ESPT au cours de leur vie. Par ailleurs, le taux peut monter jusqu’à 3% pour les personnes plus à risque. Pensons par exemple aux anciens combattants et aux victimes de violence criminelle.

Existe-t-il des différences entre hommes et femmes concernant l’ESPT?

Il semble qu’il y aurait en effet des différences.

  • le taux d’ESPT serait plus élevé chez les femmes que chez les hommes

11,3% chez les femmes contre 6% chez les hommes

  • la nature des traumatismes diffèrerait généralement entre les hommes et les femmes