Autres thérapies

La thérapie cognitive et comportementale (TCC) a été prouvée comme étant une psychothérapie de choix afin d’aider les gens aux prises avec un TSPT. Il existe également d’autres types de psychothérapie qui ont démontré leur efficacité dans le traitement du TSPT.

Thérapie basée sur l’exposition

À l’instar de la TCC qui combine à la fois des stratégies d’exposition et de modification cognitive, la thérapie basée sur l’exposition appliquent uniquement les stratégies d’exposition dans son plan thérapeutique. Elle inclut les stratégies d’exposition en imagination au souvenir de l’événement traumatique, ainsi que l’exposition in vivo aux rappels de l’événement traumatique. Ces interventions reposent sur le principe d’habituation, par lequel une personne exposée de façon répétée, prolongé et graduelle aux éléments stressants (souvenir du trauma ou rappels externes du trauma) devient éventuellement habituée à ces éléments, occasionnant une diminution de la peur associée.

Thérapie cognitive

La thérapie cognitive se concentre uniquement sur l’identification et la modification des pensées problématiques liées au trauma. Les personnes ayant vécu un événement traumatique sont souvent aux prises avec des pensées et croyances qui génèrent de fortes émotions désagréables. Par exemple, la façon dont les victimes vont interpréter ce qu’ils ont vécu influence les émotions qu’ils ressentent, comme la honte, la culpabilité, la peur. La thérapie cognitive vise à identifier ces pensées et à appliquer des stratégies afin de pouvoir les modifier, ce qui diminuerait par le fait même les émotions associées.

Désensibilisation et retraitement par mouvements oculaires (EMDR)

Cette approche de psychothérapie intégrative a été étudiée et prouvée comme efficace dans le traitement des traumatismes. L’EMDR a été développée à la suite d’une découverte fortuite de la psychologue américaine Dre Francine Shapiro qui a observé que les mouvements oculaires permettraient de diminuer la détresse émotionnelle liée à des souvenirs traumatiques. La théorie sous-jacente à cette intervention postule que lors d’un trauma, le cerveau est incapable d’intégrer complètement en mémoire l’expérience, incluant les émotions associées. Ainsi, l’EMDR vise à agir directement sur le fonctionnement neurologique en favorisant la capacité du cerveau à traiter adéquatement l’information liée au trauma. Pendant la thérapie, le thérapeute pose des questions précises sur l’événement traumatique afin d’activer le réseau de mémoire en guidant le client dans la réalisation de séries de mouvements oculaires ou autres mouvements alternatifs (tapping ou sons). À la fin de la thérapie, les victimes désensibilisées se rappellent encore de l’événement, mais ce souvenir ne provoquerait plus de détresse intense.

Thérapie d’exposition narrative

La thérapie d’exposition narrative consiste en une intervention dite brève qui rejoint le rationnel de la TCC, mais s’adresse davantage aux individus souffrant du TSPT à la suite de multiples événements traumatiques vécus au cours de leur vie. Cette thérapie a d’abord été développé afin d’aider les réfugiés de guerre avec qui il était difficile d’identifier qu’un seul événement traumatique. Le psychothérapeute aide la victime à formuler un récit détaillé de sa naissance à aujourd’hui, en portant une attention particulière aux événements traumatiques vécus et aux émotions suscitées. Il est présumé qu’un récit complet et cohérent, plutôt qu’incomplet et fragmenté, favorise le processus de réhabilitation. L’emphase mise sur les événements traumatiques vécus permet à la victime de s’exposer à ces souvenirs  et aux émotions générées, favorisant un processus d’habituation et diminuant par le fait même les symptômes du TSPT.