Les événements traumatiques: épidémiologie et caractéristiques

Les événements traumatiques sont fréquents dans la population générale. En effet, selon une vaste étude canadienne, près de 76 % des gens rapportent avoir déjà  vécu  un  événement  traumatique. Ces  personnes rapportent même avoir vécu en moyenne deux événements au cours de la vie. Alors, il est possible que vous aussi ou bien un proche viviez un événement traumatique dans votre vie. Un  événement est considéré traumatique lorsque l’individu rapporte avoir vécu un tel événement, en avoir été témoin ou avoir appris qu’un événement menaçant sa vie ou son intégrité physique ou celles d’autrui est survenu. Malgré le fait que certaines expériences de vie puissent être bouleversantes, telles qu’une rupture amoureuse ou une perte d’emploi, elles ne sont pas désignées comme étant traumatiques puisqu’elles n’impliquent pas une menace directe à la vie ou à l’intégrité physique.

Les événements traumatiques les plus fréquemment rapportés sont la mort soudaine et inattendue d’un proche, le fait d’être témoin d’une agression ou de la mort et d’être victime d’une agression violente. Le tableau 1 montre le pourcentage de Canadiennes et de Canadiens qui rapportent avoir vécu divers événements traumatiques au cours de leur vie. Il semble que les femmes et les hommes rapportent différents types d’événements. En effet, les femmes rapportent davantage de viols et d’agressions sexuelles, tandis que les hommes sont plus  souvent menacés  avec  une arme, victimes d’agressions et d’accidents et témoins d’agressions et de mort.

Deux  catégories d’événements traumatiques

Malheureusement, certains événements sont plus dévastateurs que d’autres et entraînent une plus forte détresse psychologique ainsi que des conséquences à long terme. En effet, il semble que le type d’événement vécu ait un impact sur l’apparition de réactions post-traumatiques et même sur le développement d’un état de stress post-traumatique (ÉSPT). Des chercheurs ont classé les événements traumatiques en deux catégories : type I et type II.

Les événements de type I sont généralement des événements soudains, inattendus et d’une durée limitée, par exemple un accident de la route, un désastre naturel ou un accident de travail. Quant à eux, les événements de type II sont habituellement d’une longue durée, répétitifs, cumulatifs et infligés volontairement par un autre individu, par exemple la violence conjugale, les abus physiques et sexuels et la torture. Selon cette classification, il est possible de présumer que les conséquences associées à ces deux catégories d’événements seront différentes. C’est ce que les recherches ont démontré.

La sévérité des événements traumatiques

Quoiqu’il semble difficile, voire controversé, de quantifier la sévérité d’un événement en soi traumatique, certains facteurs sont associés à des conséquences plus graves. Des études ont réussi à identifier certains de ces facteurs. Premièrement, le fait que l’événement soit répétitif, d’avoir pensé mourir et d’avoir ressenti de l’horreur pendant l’événement sont liés à des conséquences plus graves. De plus, le fait de ne pas avoir pu prévoir l’événement ainsi que le fait qu’il ait été planifié et commis par un autre individu amènent les victimes à percevoir l’environnement comme étant imprévisible et dangereux et les gens, peu dignes de confiance. Finalement, le fait d’avoir subi des blessures physiques corporelles ou le fait que l’événement ait été perçu comme étant dégradant physiquement et psychologiquement entraînent des conséquences à plus long terme. En fait, tous ces éléments sont fréquemment rapportés par les individus ayant vécu un événement de type II, comme la violence physique ou sexuelle répétée. Il semble alors possible de comprendre de quelles façons les événements de type II mènent à un risque plus élevé de développer de graves séquelles, comme un ÉSPT.

TABLEAU 1 - Types d’événements traumatiques selon l’étude canadienne de Van Ameringen et de ses collègues (2008)

TYPES D’EXPOSITIONS ET D’ÉVÉNEMENTSHOMMES (%)FEMMES (%)
AGRESSIONS VIOLENTES
Viol3 % 19 %
Agression, abus ou attouchement sexuel10 % 33 %
Avoir été battu sévèrement9 % 10 %
Avoir été menacé avec une arme21 % 11 %
Avoir été kidnappé1 % 2 %
Témoin d’une agression ou de mort41 % 24 %
AUTRES TYPES D'ÉVÉNEMENTS
Accident de voiture mettant la vie en danger23 % 13 %
Accident grave au travail14 % 3 %
Désastre naturel18 % 14 %
APPRENDRE QU'UN ÉVÉNEMENT EST SURVENU À UN PROCHE
Événement traumatique survenu à un proche16 % 18 %
Mort soudaine et inattendue40 % 42 %
*n=2991, pourcentages arrondis

Références

BRILLON, P. (2010). Comment aider les victimes souffrant de stress post-traumatique, Montréal : Québécor.

GUAY, S., MARCHAND, A. et BILLETTE, V. (2006). Les troubles liés aux événements traumatiques dépistage, évaluation et traitements. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.

VAN AMERINGEN, M., MANCINI, C., PAT- TERSON, B., & BOYLE, M. H. (2008). Post-traumatic stress disorder in Canada. CNS NeurosciTher, 14(3), 171-181.